CFDT de l’origine à nos jours

21 mars 2008

Qu’ est ce que la CFDT : 

Après la Libération, une minorité de gauche anime le débat interne au sein de la Confédération française des travailleurs chrétiens (CFTC). Regroupée dans la tendance « reconstruction », elle souhaite distendre les liens avec le clergé et laïciser la centrale. Sous la conduite d’Eugène Descamps elle devient majoritaire et en 1964, lors d’un congrès extraordinaire à la majorité, la CFTC devient la CFDT – c’est la « déconfessionnalisation ». Dix pour cent des effectifs choisissent cependant de recréer la CFTC.  La CFDT déclare désormais placer son action dans le cadre de la lutte des classes. La CFDT se rapproche du socialisme et notamment du Parti socialiste unifié (PSU) mené par Michel Rocard. De 1966 à 1970, elle passe également des accords d’action avec la CGTEn mai 1968, la CFDT appelle à l’action dans les entreprises. Ceci sera à l’origine de la création des sections syndicales d’entreprises. Au congrès de 1970, la CFDT adopte de nouveaux statuts. Elle prône l’autogestion des entreprises. En 1971, Edmond Maire est élu secrétaire général. De nombreux militants cédétistes participent aux « Assises du socialisme » (1974) et rejoignent à cette occasion le Parti socialiste (PS) de François Mitterrand. Ils y animent la minorité « chrétienne de gauche » dont Michel Rocard est le chef de file. 

Cependant, le rupture de l’Union de la gauche (1977) et l’échec de celle-ci aux élections législatives de 1978 conduit la centrale d’Edmond Maire à un changement de stratégie. Elle s’éloigne de la CGT et entreprend un mouvement de « resyndicalisation » (ou de « recentrage ») qui consiste notamment à prendre de la distance face aux partis politiques. Elle appelle pour la dernière fois à voter socialiste aux présidentielles de 1981. Si elle soutient le « tournant de la rigueur » de 1983, elle se définira ensuite par son autonomie, n’hésitant pas à soutenir des réformes menées par des gouvernements de droite lorsqu’elles lui paraissent justifiées. Une importante minorité conteste ce recentrage. Au congrès de Strasbourg, qui se tient du 21 au 26 novembre 1988, Jean Kaspar est élu secrétaire général. La fédération Sud-PTT naît d’un processus d’exclusions de militants trotskistes minoritaires, opposés à la ligne « réformiste », au sein de la fédération des PTT à l’automne 1988.  En 1992, Nicole Notat est élue secrétaire générale. Elle est la première femme à occuper un tel poste dans une confédération syndicale de salariés en France. Lors des grèves de décembre 1995, elle soutient le projet de réforme de la Sécurité sociale du Premier Ministre RPR Alain Juppé. Devenu l’interlocuteur privilégié des employeurs et des gouvernements, la CFDT prend la présidence de la Caisse nationale d’Assurance Maladie des Travailleurs salariés (CNAM) et de l’UNEDIC. Ces choix de la direction nationale, en rupture par rapport aux positions de la CFDT dans les années 1970, sont contestés par une minorité qui sera mise en échec au Congrès de Lille en 1998

En 2002, François Chérèque, ancien secrétaire général de la fédération CFDT Santé-sociaux, est élu secrétaire général. Il a été reconduit dans ses fonctions lors du congrès de Grenoble[3] du 12 au 16 juin 2006En 2003, au nom du « réformisme », la CFDT négocie aux côtés des autres centrales la réforme des retraites de 2003 qui sera mise en place par le gouvernement de Jean-Pierre Raffarin. Mais l’unité syndicale ne tient pas, et la centrale est seule, avec la CFE-CGC, à soutenir un projet de réforme contesté par les autres organisations qui considèrent cette réforme comme une régression sociale. Cette prise de position a eu des conséquences internes pour la CFDT qui a perdu au moins 10% de ses adhérents en 3 ans. Selon la CFDT elle-même, les effectifs sont passés de 889 000 fin 2002 à 807 000 fin 2005. Cette baisse des effectifs est composée de non réadhésion individuelles mais aussi de départs de plusieurs syndicats [.Le 13 avril 2005, sur son site internet, la CFDT reconnaissait la perte de 71 124 adhérents pour les années 2003 et 2004, ce qui ramènerait ses effectifs de 889 160 fin 2002 à 818 036 fin 2004 (cette perte a été en partie palliée par l’arrivée de plus de 40 000 adhérents cette même année). En mars 2003, afin de développer sa présence sur les universités, la CFDT décide d’appuyer la création d’un syndicat étudiant issue d’une tendance de l’UNEF : la Confédération étudiante. Afin d’aider à son développement, les deux organisations s’associent ce qui assure à la CE un important appui financier et logistique. Ce partenariat permet à la CFDT d’informer les étudiants salariés de leurs droits lors d’action sur les zones de travail estivales ou les campus. 

A la suite du rejet du traité constitutionnel européen, la CFDT, qui avait appelé à voter « oui », participe à la création du mouvement « Sauvons l’Europe » et y adhère en tant qu’organisation membre. Selon un sondage « Ifop-Ouest France Dimanche » du 23 avril 2006, la CFDT est la confédération à laquelle les Français font le plus confiance (61% contre 51% pour la moyenne des syndicats). Cependant, elle arrive régulièrement en seconde position derrière la CGT lors des élections professionnelles. Elle recueille environ 25% des voix. En 2006, la CFDT dénonce le CPE et rejoint les autres syndicats au sein des intersyndicales et des manifestations afin de demander le retrait du contrat première embauche (CPE). Lors du Congrès de Grenoble[3] de juin 2006, François Chérèque a défendu le bilan de ces quatre dernières années et a ouvertement critiqué le gouvernement et le MEDEF. Les débats principaux ont concerné notamment le thème de l’insertion des jeunes dans le monde du travail, la sécurisation des parcours professionnels et la priorité à la construction d’une Europe sociale. Ce Congrès fut également marqué par une volonté de porter une attention privilégiée à l’adhérent et a souligné la nécessité de « porter un regard lucide pour mieux travailler avec les jeunes pour leur avenir ». Il s’est achevé par un appel à construire l’avenir. 

Chérèque au Grau du Roi : une belle réussite !

16 décembre 2007

Chérèque au Grau du Roi : une belle réussite !
Réunir 400 militantes et militants le 13 septembre au Grau du Roi pour venir débattre avec le secrétaire Général de la CFDT François CHEREQUE, c’était le chalenge que s’était fixé l’équipe régionale pour cette rentrée sociale. Un pari tenu avec une journée incontestable marquée du sceau de la réussite !
Partis très tôt des quatre coins de la région, des cars bondés de « cédétistes » ont convergé vers les bords de la Méditerranée pour se retrouver dans le magnifique complexe du palais des congrès du Grau du Roi mis gracieusement à notre disposition par la municipalité graulenne grâce au dynamisme de sylvain et de sa toute jeune section CFDT des communaux du Grau du Roi.
La matinée débuta par une table ronde très éclairante sur le dynamisme de la CFDT sur le front de la lutte contre toutes les discriminations : les actions menées par le syndicat des autoroutes pour l’insertion des handicapés, par le syndicat SPEA de Marcoule dans la bataille pour l’égalité homme/femme et par l’UD 34 sur le terrain des discriminations raciales prouvent toute la détermination et l’engagement permanent des équipes CFDT de la région contre tous les vecteurs de discrimination dans le monde du travail.
Ce fut ensuite le lancement officiel de la campagne des élections prud’hommes de 2008, un rendez –vous très important pour bien marquer notre présence et notre représentativité dans les entreprises de la région, avant d’aller enfin à la rencontre de François CHEREQUE, notre secrétaire général.
Après une intervention qui lui permit de faire un tour d’horizon sur l’actualité revendicative du moment, François se livra au périlleux exercice du débat en direct avec des adhérents et des militants CFDT : un débat franc, sans concessions, avec divers témoignages et des questions sur tous les sujets « chauds » du moment, un temps fort d’échange et de partage, bref un moment intense comme on les aime à la CFDT où le débat a toujours été au centre de notre culture démocratique.
Le 13 septembre 2007, une belle journée pour notre vie démocratique interne, un moment de rencontre et de réflexion fortement apprécié par François CHEREQUE qui nous à fait part de toute sa satisfaction d’avoir pu échanger de la sorte avec « une CFDT aussi tonique que dynamique », une initiative plébiscitée par les participants si l’on considère tous les mails et les coups de téléphone qui nous ont été adressés pour nous féliciter de l’organisation de cette bien belle journée.
Une bonne organisation, un site très agréable, une attention soutenue, des débats riches et constructifs, cette journée a vraiment eu tous les ingrédients de ce que l’on peut appeler une belle journée.
Article de pierre CANAL URI Languedoc Roussillon.

1...7891011